L'adjectif non-attribut : syntaxe et sématique des adjectifs référentiels

Sébastien Marengo (sebastien (point) marengo <at> umontreal (point) ca)

OLST, Département de linguistique et de traduction

Le 19 novembre 2008 à 11 h 30

Salle C-9019, Pavillon Lionel-Groulx


Les grammaires du français prévoient en général deux catégories d’adjectifs : les qualificatifs ("un gars sympathique") et les relationnels ("le discours présidentiel"). Les premiers acceptent la fonction attribut ("Ce gars est sympathique"), les seconds la refusent (*"Le discours est présidentiel"). Or, plusieurs adjectifs échappent à cette typologie binaire. Pour résoudre le problème, on peut proposer au moins trois « nouvelles » catégories : celle des adjectifs classifiants, qui créent des types ("une porte cochère") ; celle des adjectifs affectifs, qui expriment l’attitude du locuteur ("un sacré livre") ; et surtout celle des adjectifs « référentiels », qui construisent la référence du nom. Ces derniers forment une classe importante qui s’organise autour de deux axes : l’expression de la quantité ("un double scotch") et des repères ("la page suivante"). Dans l’ensemble, les adjectifs classifiants, affectifs et « référentiels » ont en commun, comme les relationnels, de refuser la fonction attribut : on dirait difficilement "La porte est cochère" ou "La page est suivante", et "Le livre est sacré" aurait un sens différent. Cette caractéristique syntaxique reçoit une explication sémantique : les adjectifs en jeu n’évoquent pas des propriétés, contrairement aux qualificatifs.


Pour recevoir les annonces hebdomadaires par courriel, envoyez un message à l'adresse majordomo@iro.umontreal.ca

Liste des autres séminaires